Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 12:22


Rencontre avec les requins baleines au large de l'île de Mafia...


Ce matin John, propriétaire de Ras Mbisi lodge sur l'île de Mafia, nous attend sur la plage ; il est sept heures et tout le monde arrive hirsute, droit du lit sans avoir pris le petit-déjeuner. Dépendants de la marée, nous sommes tous prêts à nous hisser dans le Dhow, après avoir parcouru quelques mètres dans l’eau salée et chaude de l’Océan indien.


A bord, Rashid est notre capitaine. Son anglais est sommaire mais suffisant pour nous faire comprendre que nous devons équilibrer le bateau. Nous partons quelques minutes plus tard, le Dhow tangue gentiment sous le roulis des vagues. Il est 7h20, le jour est levé depuis déjà une heure mais le ciel est encore endormi et brumeux.Vers 8h, le soleil se pointe et s'installe, cela réchauffe l'atmosphère...


dhow naviguation


Après avoir longé la côte ourlée de hauts cocotiers, nous naviguons d’une allure assurée. Destination : les requins baleines qui croisent au large de l’île de Mafia durant les mois de novembre à juin. Nous scrutons tous l'eau pour détecter leur présence.

 

dhow ras mbisi


C’est l’heure du petit-déjeuner ! Le thermos passe de main en main pour se servir un bon café ou bien du thé. Michelle, la maîtresse de Ras Mbisi, cuisinière hors pair, nous a préparé des gâteaux savoureux et des sandwichs au bacon que nos jeunes danois dévorent à pleines dents de bon matin. La pastèque, coupée en morceaux nous rafraîchit.


Rien ne nous assure que nous allons observer ces gros mammifères mais nous restons confiants car nous sommes vraiment dans la bonne période. Michelle nous dit que lors de la dernière sortie, de petits veinards ont pu voir une quinzaine de ces requins baleines ! Le taux de réussite durant la bonne saison est de 80% donc on ne s'inquiète pas trop sur nos chances.


Je suis vraiment très enthousiaste et attends avec impatience le moindre signe d’activité des requins baleines. Soudain, notre bateau ralentit le moteur. Tous les regards sont braqués sur le large et l’un de nos équipiers s’anime. « Wako hapa ! », Elles sont là, rugit-il en montrant un aleron que nous voyions alors évoluer non loin du bateau. L’excitation est à son comble. Nous apercevons maintenant distinctement une grande masse grise se déplaçant à environ 80 m de notre embarcation.

 

aileron whale shark

Le capitaine nous fait signe de nous préparer. Nous chaussons nos palmes, ajustons le masque et tuba, prêts à sauter. Mais, après quelques minutes où nous piaffons d'impatience, il nous demande d’attendre. Le gros poisson tâcheté s’est enfoncé profondément sous l’eau et il est maintenant invisible ! Dommage, cette tentative est infructueuse.


Nous continuons de naviguer un peu pour croiser assez vite deux autres spécimens de requins baleines. Cette fois-ci sera la bonne, on se prépare à nouveau et on se jette à l’eau.


Je palme comme une dératée pour rejoindre la baleine et arrive juste derrière elle ; Les amples ondulations de sa queue créent un fort déplacement d’eau m’obligeant à palmer encore plus fort. J’essaie de la dépasser sur le côté pour admirer sa robe tâchetée mais ce n’est pas facile ! Curieusement elle va bien plus vite que moi...


Mes deux alcolytes, le capitaine et un jeune touriste danois m’ont faussé compagnie et se dirigent vers un autre poisson. Le temps que je me rende compte de leur changement de direction, je dois redoubler d’efforts pour les rejoindre. Je me demande même si je ne ne vais pas friser pas la crise cardiaque mais je suis emballée  …

 

liza whale sharks

Je lève la tête pour repérer ma position lorsque les personnes restées à bord me crient de venir vers eux, de l’autre côté du bateau. Me voilà repartie à fond à grands coup de palmes. Cette fois-ci je suis chanceuse, j’approche de près un 4é autre requin baleine et je peux en admirer les formes et le mouvement. Ses taches vont bien visibles. Quel bonheur ! Bon, elle se déplace rapidement et il n’est pas évident de rester dans son sillage mais j’ai quand même bien le temps d’admirer ses ondulations tranquilles avant de la voir disparaitre …


Retour à bord. On est enthousiastes. Un peu de pastèque un petit gâteau avec un café , tout est prévu pour notre plaisir à bord. On continue à faire des photos car un autre requin baleine se rapproche.

 

gros plan whale shark

Nous avons de la chance, ceux qui ne plongent pas peuvent également se régaler du spectacle. Du bateau, on voit également très bien les poissons et même mieux que du niveau de l'eau.


La majorité des espèces de requins qui naviguent dans le sud de l’Afrique sont peu visibles car ils évoluent la plupart du temps en eaux profondes. Celui que l’on peut voir le plus facilement est le requin baleine qui est actuellement le plus grand poisson du monde (ce n’est pas un mammifère) pouvant atteindre jusqu’à 13 m de longueur et environ 13 tonnes. Il a la réputation de vivre très longtemps, près de 100 ans ! Ces « mastodondes des mers »  aiment filtrer les eaux chaudes à la recherche de plancton dont ils raffolent.

 

whale shark mouth

C’est Liban, un pêcheur local qui le premier a remarqué la présence fréquente de ces gros poissons dans les eaux de Mafia et a alerté les autorités. Aujourd’hui il a trois bateaux au port de Kilondoni, la « ville » de l’île et transporte des plongeurs pour admirer les géants des mers.


On distingue les requins baleines rapidement grâce à leur taille conséquente, ainsi qu’aux tâches qui parsèment leur dos. Ces espèces se trouvent dans les eaux tropicales autour du monde et suivent un cycle migratoire. C’est durant les mois de novembre à mars que les requins baleines sont observables autour de l’Océan Indien, des îles de Pemba, de Zanzibar mais surtout de Mafia, plus au sud.


L’île de Mafia est une destination de plongée sous-marine de premier ordre. Plonger en compagnie de ces immenses créatures plutôt inoffensives est une expérience incroyable ! Je me souviendrais longtemps de cette rencontre de près où je sentais physiquement la force du déplacement de l’eau du géant des mers.


Pas de réelle protection pour les requins baleines à Mafia !


On connaît pas exactement le nombre de ces gros poissons débonnaires mais ils sont sur la liste des espèces vulnérables de l’IUCN. Malgré tout, en parlant avec les locaux, on se rend compte que rien n’est fait pour les protéger. Certains pêcheurs emploient des méthodes barbares et indignes, en encerclant les requins baleines pour se saisir des poissons qui les suivent et battent le requin pour le faire sortir de leurs filets !

 

FISHERMEN BOAT


D’après les personnes sur place, une antenne WWF présente sur l'île ne fait concrètement rien pour protéger les requins baleines. Néanmoins depuis quelques temps, des initiatives se développent notamment pour aller dans les villages éduquer les populations locales sur l’intérêt de protéger ces espèces. Les vieux pêcheurs ne comprennent pas ce discours mais c'est auprès des jeunes générations qu’il faut travailler et convaincre afin d' assurer le futur de leur écosystème.


En tous cas, cette approche du plus gros poisson du monde est une aventure ! Tous les lodges présents sur l’île de Mafia (environ 5 aujourd’hui) organisent cette excursion (tarif entre 45 et 55 usd par personne selon l’endroit).

Nous étions sur le bateau de Ras Mbisi, un gros Dhow en bois couleur locale et avons passé un super moment vraiment inoubliable !

Mafia Island se trouve à environ 49 km des côtes de Tanzanie, soit 30 minutes par avion de Dar es Salaam et 45 minutes de la réserve de Selous Game et de l’île de Zanzibar. On ne peut se rendre à Mafia que par un avion léger (voir mes articles sur le sujet).

Mon récit vous a donné envie de partir pour l'île de Mafia en Tanzanie ?


Tant mieux, j'en suis ravie. Pour l'organisation de votre voyage, consultez mes bonnes adresses dans la rubrique "Suivez le guide" sur le côté droit du texte.

Repost 0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 18:08
Kipepeo beach village au sud de Dar

Kipepeo beach village (en swahilli Papillon) est situé à Mjimwema, petit village de pêcheurs au sud de Dar es Salaam à 9 km du ferry de Kigamboni ralliant les plages du sud à la métropole de Dar. C'est un hébergement prisé des expatriés qui viennent passer ici leur week-end de détente à la plage ou une journée en famille à la plage; C'est également une bonne adresse pour fuir la métropole bruyante et étouffante de Dar es Salaam si vous devez passer une ou deux nuits dans le coin.

Ici, on bénéficie d'un vent marin très salvateur car en janvier la chaleur est vraiment insupportable en ville. L'hôtel est situé sur une grande belle plage que je n'ai pas pu vraiment admirer car l'Océan était quelque peu déchaîné durant mon séjour.

Kipepeo beach village dispose de 20 huttes surélevées avec vue sur la végétation environnante (et non sur la mer comme le précise leur dépliant). La hutte consiste en un rdc avec petite salle de bains et toilettes, une étagère de rangement et un étage très simple avec seulement un lit surélevé (matelas reposant sur une dalle en béton). La chambre est ouverte sur une terrasse où l'on peut se prélasser sur un hammac ou bien s'assoir dans les fauteuils.

Ch-Kipepeo.JPG

La distance qui sépare les bungalows de la plage est assez longue. Le matelas est très dur et inconfortable. Par contre, dormir à l'étage en laissant tout ouvert permet de bénéficier de grosses bourasques de vent qui éloignent aussi les moustiques (il y a une moustiquaire) donc c'est assez agréable.

Terrasse-Kipepeo.JPG
C'est un hébergement basique mais le tarif ne l'est pas vraiment puisque les chambres simple sont à 55 usd, les doubles à 75 usd et les triples à 105 usd, les prix incluent le petit-déjeuner anglais.

Sinon l'ambiance est assez sympa avec un bar aux prix raisonnables (cocktails à 5500 Tsh, soit environ 4,5 usd) où se réunissent les locaux pour se détendre après le boulot ou passer leur dimanche tranquille. D'ailleurs, dans la journée l'entrée est payante pour accéder à la plage et au bar (mais si vous consommez, c'est gratuit).

Kipepeo-bar.JPG

Il y a aussi une cabanne/salon de beauté sur la plage où une jeune fille fait des soins des pieds et des mains (pédicure, manucure), des massages etc.

Bon voilà, un bref aperçu de l'endroit qui peut vous dépanner si vous devez rester sur Dar car le centre ville n'est vraiment pas agréable et vraiment étouffant ! Je ne rends peut-être pas justice à la plage puisque je n'ai pas pu me baigner lors de mon séjour en raison du vent très fort qui sévissait.

Kipepeo-beach.JPG
Mon récit vous a donné envie de séjourner à Kipepeo beach village ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! Bon voyage...

Site internet : www.kipepeovillage.com

Repost 0
Published by Liza - dans Tanzanie
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 18:30

Le festival de Sauti Busara version 2010

Le célèbre festival de Sauti za Busara qui se tient à Stone town a démarré hier le 11 février et se tiendra jusqu'au 16, 4 jours de musique devant le vieux fort. Sauti sa Busara est un festival international de musique qui réunit des artistes de l'Est africain qui se tient à Zanzibar depuis sept ans.

Depuis dix jours, des ouvriers préparent la gande scène et martèlent le bois pour être prêts à temps. Malgré le manque d'électricité, le festival a réussit à s'organiser avec l'aide de générateurs et a rassuré tous ces fidèles, le festival aura bien lieu comme prévu.


Sauti-sa-busara.JPG
La grande parade hier le 11 février, a donné le départ des festivités; Les musiciens défilent dans la ville sur environ 4 km depuis Darajani juqu'au Vieux Fort arabe là où se tient le festival, dans une ambiance bon enfant, très joyeuse et colorée.

L'entrée est payante pour les étrangers, 45000 Tsh pour les quatre jours. Les résidents de l'Afrique de l'Est ont un accès libre tous les soirs à partir de 17h.

Maureen-Lupo2-saudi.jpg

De nombreux artistes vont faire sonner leurs instruments dans les murs du Old Fort :
Thandiswa (South Africa)  Ba Cissoko (Guinea)  Malick Pathé Sow (Senegal)  Simba & Brown Band (Mozambique)  Debo Band (Ethiopia / USA)  Banana Zorro & the B Band (Tanzania)  Ikwani Safaa Musical Club ft Tamalyn Dallal (Zanzibar / USA)  Tausi Women's Taarab (Zanzibar)  Mari Boine (Norway)  Dawda Jobarteh (The Gambia)  Del & Diho (Mayotte)  Fresh Jumbe & African Express (Tanzania / Japan)  Chidi Benz (Tanzania)  Kilua Ngoma (Tanzania)  Mim Suleiman (Zanzibar / UK)  Massar Egbari (Egypt)  Nyota Ndogo (Kenya)  Sinachuki Kidumbak (Zanzibar)  Bamba Nazar & The Pilgrimage (Suriname / NL)  Joel Sebunjo & Sundiata (Uganda)  Makadem (Kenya)  Maureen Lupo Lilanda (Zambia)  Juliana Kanyomozi (Uganda)  Mzungu Kichaa (Denmark / Tanzania)  Jhikoman (Tanzania)  Best of WaPi (Tanzania)  Shirikisho Sanaa (Zanzibar)  Sosolya Dance Academy (Uganda)  Mapacha Africa (Kenya)  Swifatui Abraar Group (Tanzania)  DJ Eddy (Zanzibar)  DJ Yusuf (UK / Zanzibar)  Sowers Group (Tanzania)  Maia Von Lekow (Kenya)  Swahili Vibes (Zanzibar)  Tunaweza Band (Tanzania)  KVZ Tupendane (Pemba)  and more.

"Sauti za Busara" Musique swahilie et Festival Culturel. Un week-end de 3 jours fantaisie culturelle de musique, théâtre et danse. Le thème de ce festival nouveau, dynamique sur le calendrier culturel africain est des Rencontres swahilies, se concentrant en présentation d'une diversité d'art du spectacle qui est tout enraciné dans la langue swahilie et des traditions. Des styles modernes et traditionnels, tant religieux que laïc seront représentés, à côté de l'excitation de nouvelles fusions.

 


L'an prochain, j'espère assister avoir la chance d'assister au festival et de vous y faire participer en images !

SzB-logo-Zanzibar.gif

Repost 0
Published by Liza - dans Zanzibar
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 15:53
28 janvier 2009


Stone Town, douce soirée sur le front de mer...


Lorsque je suis à Stone Town, j'aime beaucoup flâner sur le bord de mer au moment du coucher du soleil. La grosse chaleur se calme et une petite brise envahit le front de mer. Il fait encore chaud mais une chaleur douce et enveloppante, bercée par les vents apporte l'apaisement après une journée étouffante.

Front-de-mer-stone-town.JPG

Vers 18h sur le bord de mer, beaucoup de jeunes se rassemblent pour faire une partie de football ou de volley, pour faire des acrobaties et se donner en spectacle, pours'amuser ou faire la manche.

acrobaties.JPGFoot-on-the-beach.JPG

















Des Dhows croisent au large, voile gonflée au vent; doucement la nuit tombe.

Dhow stone town

Je parcours la plage à pied depuis l'African house jusqu'au Tembo hôtel puis m'installe à la terrasse de chez Livingston, le bar branché du coin : tables face à l'Océan éclairées à la lampe à pétrole. L'heure du happy hour est terminée (17h à 19h) à quelques minutes près car le gong a retenti, les cocktails repassent donc à 10 000 Tsh (environ 8 usd). La terrasse est pleine, touristes et locaux savourent cette douce fin de journée. Le bar appartient au fils du président de Zanzibar ce qui fait jaser certains.

Plus tard, je continue à pied vers les jardins Forodhani qui ont été totalement rénovés. L'ambiance y est super en soirée avec plusieurs petites gargottes qui proposent des brochettes de poisson, vendent des pains indiens qu'ils nomment pizzas, des frites, des crabes ou du calamar grillé etc. Je me laisse tenter par un repas local en compagnie de Rashid mon guide à Zanzibar.
Bon, ce n'est pas inoubliable au niveau gastronomique mais tout à fait honnête et mais très sympa ! L'endroit est très fréquenté, de nombreux bancs face à l'Océan sont ocupés par des zanzibarites qui sortent une fois la chaleur de la journée calmée pour prendre l'air. Des serveurs s'affairent et passent de banc en banc pour proposer sodas et eau minérale; d'autres essaient de vendre des épices ou bien celui-ci qui insiste pour que je lui achète des batons de vanille.


Gargotte-1.JPG 
C'est un endroit vivant où se balader mais restez toutefois assez prudent lors de vos déplacements nocturnes car malheureusement plusieurs personnes ont rapporté des problèmes de sécurité ou de vols à l'arrachée dans les ruelles de la vieille ville. La nuit, si votre hôtel est excentré, prenez un taxi et ceci est valable particulièrement en ville (Arusha, Nairobi, Dar etc).

Je vous conseille de passer au minimum deux soirées à Stone Town lors d'un séjour à Zanzibar; L'une pour vivre cette ambiance douce de front de mer depuis le coucher de soleil jusquau dîner (plusieurs restaurants également comme le célèbre Mercury) et une autre soirée pour goûter à l'ambiance d'un dîner sur une belle terrasse en haut des toits de la ville ville (un conseil, évitez le célèbre top roof de 236 Hurumzi ancien Emerson and Green, franchement dépassé par son ancien succès, la qualité n'y est plus même si le cadre est sympa, je vous recommande plutôt le nouveau restaurant de The swahilli house dont le chef Alex se défend pas mal; Je vous conseille les raviolis à la langouste ou la bouillabaisse swahilli, une belle assiette de poisson et de fruits de mer en sauce armoricaine très relevée.

Swahilli-house-restaurant.JPG

Le muezzin retentit sur les toits de Stone Town, la journée s'achève; Il s'élève une ambiance très spéciale, difficile à décrire mais je suis enivrée par la magie de Zanzibar et chaque fois sensible à tous ses charmes. La ville dégage quelque chose d'unique et j'adore y passer quelques nuits.

Roofs-stone-town.JPG


Mon récit vous a donné envie de séjourner à Zanzibar ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! Bon voyage...



Repost 0
Published by Liza - dans Zanzibar
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 15:14
Bienvenue à The swahilli house, au coeur de Stone Town (Zanzibar)

Nouvelle adresse au coeur du quartier historique de Stone Town, la maison swahilli ou Swahilli house, ouverte en décembre 2008, est une demeure imposante dont on dit qu'elle fut un moment la maison de la princesse Salme, fille du Sultan Said. Je ne sais pas s'il faut apporter du crédit à cette légende mais en tous cas, il s'agit d'un palais ancien du 19é siècle, dont l'architecture est classique de l'époque. Elle fut plus récemment la maison d'un ancien commerçant indien après avoir accueilli plusieurs familles de sultans.

Swahilli-house-facade.JPG

New adress in the heart of historical area in Stone Town, The swahilli house is a impressive 19 century building which has been, for a moment, the house of Princess Salme, daughter of Sultan Saïd. I don't know if the story is true but this is an old house, with classical architecture, home for several families of Sultans and more recently the house of an indian merchant.

L'entrée se fait par quelques marches et débouche sur un petit hall.

swahilli-entree.JPG
La même construction architecturale se retrouve dans ces vieilles demeures : un bâtiment très haut à plusieurs étages dont les escaliers en bois sont assez raides et au milieu depuis le rez-de-chaussée jusqu'au toit, un grand puits de lumière qui dessert les étages et apporte de l'air.

Puit-de-lumiere.JPG

The entrance with some stairs leads to a little hall. The same architectural construction is found for those old houses : a high building with several stairs and in the middle a huge open space in the middle from the groundfloor to the roof to facilitate circulation of air and refresh the house in the hot day time.

Puits-lumiere-2.JPG
Swahilli house dispose de vingt chambres, les Deluxe de plus de 20m2 ont un grand lit swahilli, une salle de bains avec douche ou baignoire; Les Suites sont plus grandes, autour de 30 m2 et certaines proposent la baignoire dans la chambre. Certaines ont un balcon.
Quelques chambres Sultan sont des suites de grande superficie (45 m2) avec balcon.

Swahilli House has 20 rooms, the Deluxe more than 20m2 have a large swahilli bed, a bathroom with shower or bath. The suites are larger, around 30 m2 and some of them have a bath just in the middle of the bedroom. Some rooms have a nice balconny. Some bigger rooms, Sultan, are suites 45 M2 with balcony;

Deluxe-room.JPG
Les chambres sont simples, disposent de la climatisation (très utile !) et d'un ventilateur. La salle de bains est soit intégrée à la chambre, soit carrément dans la chambre où la baignoire trone en plein milieu (perso je n'aime pas du tout mais le concept a des adeptes).

The rooms are simple, have climatisation (very usefull !) and fan. The bathroom is sometimes separate or in the middle of the bedroom. I do not like it but this concept is liked by a lot of guests;

Chambre-Swahilli.JPG
Les repas se prennent sur la grande terrasse, le point fort de l'hôtel. Que ce soit au petit-déjeuner ou au dîner, c'est un vrai plaisir de s'installer sur cette belle terrasse à la vue panoramique à 360° sur les toits de Stone Town. Personnellement, j'aime beaucoup l'ambiance de cette terrasse surtout le jour où je suis arrivée en fin de journée où la chaleur s'estompe et les chants du muezzin retentissent depuis plusieurs mosquées de la ville.
On aperçoit des scènes différents sur les toits environnants : ici un cours de yoga, là un couple à la terrasse voisine de Coffee house, ailleurs des locaux dans leur maison...

Roofs-stone-town-copie-1.JPG
La terrasse se remplit peu à peu avec des clients de l'hôtel mais aussi de passage qui viennent prendre un verre (cocktails) ou juste pour le dîner.

Terrasse-swahilli-1.JPG

cocktail.JPG
Je reste pour dîner en soirée, la nuit tombe et l'ambiance est très agréable avec le vent qui nous rafraîchit de la torpeur de la journée. Le menu est à la Carte avec une sélection d'entrées et de plats spécialisés dans les poissons, crustacés etc Alex est aux fourneaux, le Chef est jeune et dynamique et son ambition est de devenir l'une des bonnes tables de la ville. Il est certain que pour les sportifs qu'une volée de marches abruptes jusquau 5é étage ne rebute pas (un projet d'ascenseur est en cours, il sera très apprécié !) la terrasse de The Swahilli house est une bonne adresse pour savourer les nuits de Zanzibar, d'autant que la table du Top Roof de 236 Hurumzi n'est pas terrible et loin de là.

The swahilli house appartient au groupe Moivaro lodge qui propose aussi deux lodges balnéaires sur l'île : Fumba lodge et Ungunja lodge, lodges de charme très agréables dont je vous parlerai bientôt...

Mon récit vous a donné envie de séjourner à Zanzibar ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! N'hésitez pas à me contactez si vous voulez plus d'informations.
Bon voyage...


Repost 0
Published by Liza - dans Zanzibar
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 14:51

Pas d'électricité à Zanzibar, le ras le bol !


Je vous avais déjà informés que l’île de Zanzibar n’avait pas d’électricité pour Noël. Cette situation devrait durer jusqu’au 22 février voire plus longtemps en raison des difficultés de réparation. (Pour ceux qui ne sont pas abonnés, lire l’article précédent "Noel sous la chandelle à Zanzibar" dans ma rubrique Zanzibar sur ce blog.)

Néanmoins, je souhaite insister sur le fait qu’il n’y a aucune raison pour se priver d’un séjour à Zanzibar en début d’année. Les hôteliers font face au problème avec leurs gros générateurs et bien souvent, si vous n’êtes pas au courant, vous ne vous rendrez pas vraiment compte du manque d’électricité.

Les frais engagés pour faire face à la crise électrique sont supportés par les sociétés privées : achat de générateurs, remplacement des pompes à eau et bien sûr le fort coût du carburant. Certains hôtels font tourner leurs générateurs 24h/24 ce qui entraîne des coûts hallucinants ;

Les petites guesthouses ne peuvent pas se payer un générateur donc il faudra choisir les mieux ventilées naturellement surtout pour la nuit.

 

Stone-town-beach.JPG

Pour les gros complexes hôteliers, on parle en milliers de litres de carburant dépensés par jour ! J’ai entendu parler de Palombo hôtel qui utilise environ 1000 l/jour, des groupes comme Blue Bay/Sultan sands dans les 4000 l par jour pour offrir à leurs clients le confort électrique avec de gros générateurs. La Gemma de l’Este, Dream of Zanzibar, Kempiski ainsi que tous ces grands hôtels, Ocean Paradise etc font tourner leurs appareils toute la journée et toute la nuit.

Le prix officiel du carburant est de 1480 Tsh par litre (environ 1,2 USD) ce qui à la longue plombe la trésorerie des hôtels qui font face à la situation sans aucune aide gouvernementale.

Sans parler du problème de pénurie sur l’île qui peut arriver à tout moment lorsque le frêt n’est pas arrivé à temps. Vous imaginez les besoins qui sont décuplés et que la demande est énorme.

Certains prennent de petits bateaux locaux pour un ravitaillement à Dar es Salaam face à Zanzibar et reviennent avec des jéricans de carburant. Il sera vendu au marché au noir jusqu’à 3500 Tsh/litre à ceux qui en ont vraiment besoin pour travailler (taxis par exemple ou transporteurs).

A Stone Town, la situation est assez épique. Les ruelles du quartier historique sont étroites et tout le monde profite du bruit du générateur voisin !

Néanmoins une fois dans l’hôtel, si vous fermez vos fenêtres pour profiter de la clim ou du ventilateur, vous ne serez pas trop gênés par le bruit. De toute façon à Stone Town, il y a toujours du bruit et n’oublions pas le muezzin qui vous éveillera pour la première prière de 5h00…

C’est le bruit et l’odeur de diesel qui sont assez présents dans la ville, mais franchement, il n’y a pas de quoi annuler son voyage pour ces raisons. Stone Town reste magique et intéressante et puis vous vivrez un épisode de son histoire en direct !

Bon au niveau des professionnels qui travaillent sur l’île, la colère gronde. Ils sont vraiment à bout et cette situation les mets en rogne et surtout leur coûte beaucoup d’argent. La trésorerie, habituellement économisée pour passer les mois de basse saison qui arrivent bientôt, est utilisée ici pour acheter le carburant. Comment vont-ils tenir jusqu’en juin ? Certains, dans les petits hôtels, se posent la question.

En tous cas, Zanzibar reste Zanzibar et je me régale une fois de plus sur l’île en admirant les eaux turquoises scintillantes ! Nous sommes en janvier, normalement une excellente saison pour la baignade mais ces derniers jours, l’île est balayée par des vents assez forts qui rendent la mer peu accueillante. Cela devrait faire le bonheur de ceux qui résident dans de petites guesthouses et qui ainsi bénéficient d’une ventilation naturelle la nuit.

Le vent ne durera que quelques jours et je suis sûre tout sera prêt pour accueillir les vacanciers de février qui sont très attendus ici. Soyez enthousiastes pour venir à Zanzibar, avec ou sans électricité c’est un endroit absolument merveilleux !

 

Mon récit vous a donné envie de séjourner à Zanzibar ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! Bon voyage...

 

Repost 0
Published by Liza - dans Zanzibar
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 13:33

Tanga, 26 janvier 2010


Aujourd’hui je m’envole pour Zanzibar depuis Tanga en prenant le vol de chez Coastal, une petite compagnie privée de vols taxis et charters en Tanzanie.

Arrivée à l’aéroport de Tanga, deuxième ville du pays qui a eu son heure de gloire il est vrai dans les années 60/70 avant de décliner, je suis surprise. En effet, il s’agit d’un petit aéroport.

 

Tanga-airport-2.JPG               Façade de l'aéroport de Tanga

Premier conseil si vous prenez l’avion ici, faites en sorte d’éviter les toilettes ! My God ! Les toilettes sont elles aussi très basiques ! Bref je ne vais pas m’apesantir plus sur ce détail, vous avez compris qu’il serait bon d’arriver à l’aéroport la vessie vide.

Les bagages sont pesés soigneusement par le personnel qui vérifie que vous ne dépassiez pas les 15 kgs autorisés (trolley bag compris si vous en avez un). Le kilo supplémentaire est à 2 usd donc il n’y a pas mort d’homme si vous trimballez tout votre attirail avec vous.

 

Tanga-airport-1.JPG

L’endroit est tranquille et calme. Les passagers sont assis sur un banc et discutent. Beaucoup sont habillés avec leur djellaba blanche, une femme est couverte de noir par une sorte de burqua (et je la plains par cette grosse chaleur !). Durant l’attente, je bois avec avidité ma grande bouteille d’eau car la chaleur est étouffante et je ne veux pas que l’eau tiédisse. Deuxième conseil pratique : ne buvez pas trop avant de prendre ce petit zing !

Le petit Cessna Caravelle arrive juste un peu avant 16h. Le personnel débarque les bagages et le frêt puis nous sommes invités à rejoindre l’avion. Ici pas vraiment besoin de ticket d’embarquement. Nous sommes environ une dizaine.

 

J’arrive presque en dernier pour monter un minuscule petit escalier et je me demande ce qui m’a pris de mettre une robe aujourd’hui (probablement la grosse chaleur qui règne ici) ! Troisième conseil mesdames, évitez les robes quand vous prenez ces petits vols taxis sauf si elles vous arrivent en bas des jambes car sur la côte, nous sommes en pays musulman, donc « tenue correcte exigée jusqu’aux mollets ».

Arrivée en haut de l’escalier, je suis courbée en deux tellement l’avion est bas. Les passagers ont déjà pris place et je me faufile tant bien que mal avec mon sac à main, un autre sac, ma bouteille d’eau en tentant d’avancer dans l’allée centrale qui est de la taille de mes jambes ! Ouf, j’aperçois le siège avant libre juste derrière le co-pilote et je m’y engouffre car je serais bien installée pour pouvoir faire quelques photos.

 

Tableau bord

Une fois assise, il ne faut espérer faire un seul mouvement ni mettre son sac par terre. La place est très réduite. Mais je suis contente de mon sort, proche d’un grand hublot, je peux au moins admirer le paysage.

Notre pilote se présente, Steve va nous conduire jusqu’à Pemba en 25 minutes, une île au Nord de Zanzibar qui fait partie du même archipel puis nous rejoindrons Zanzibar et Dar pour ceux qui continuent. Il allume les moteurs avec sa petite clef, pose son casque radio sur son crâne et l’hélice se met à tourner doucement puis à fond, on roule sur le tarmac et hop, on s’envole.

 

Tanga vu du ciel

Wouahh ! le petit zing doit se stabiliser ce qui peut donner quelques sueurs froides surtout lorsqu’il penche un peu de droite et de gauche tout au début mais Steve maîtrise son affaire et une fois en altitude, tout se passe pour le mieux. Nous survolons l’Océan Indien avant de traverser une partie de Pemba qui semble très belle. On atterri assez vite à l'aéroport de Pemba "Karumbe" et un seul passager débarque.

 

Karumbe-airport.JPG               Aéroport de Pemba

 

Pour l’instant l’île de Pemba reste confidentielle avec seulement deux hôtels pour touristes dont le fameux Fundu Lagoon, un bel écolodge luxueux. Le personnel de Coastal est très efficace et ouvre immédiatement les deux portes du pilote et de son voisin pour éviter que nous cuisions tels des poulets rôtis dans la carlingue. Je leur suis très reconnaissante de cette bouffée d’air car même s’il est chaud, la brise nous fait du bien.

 

Foret-Pemba.JPG

Après quelques minutes, nous repartons à destination de Zanzibar qui se trouve à 25 minutes de vol. OK je dois revenir maintenant sur mon deuxième conseil. Une fois englouti mon litre d’eau juste avant le départ, j’ai compris mon cauchemar et compté chaque minute de ce vol en attendant l’arrivée !

Ces considérations passées, je dois dire que le vol était chouette car on survole les îles et lagons. A cette heure ci toutefois, la lumière lançait plutôt des reflets argentés (magnifiques) sur l’Océan que des transparences turquoises auxquelles je suis habituée mais c’était très scénique !

 

Lagons-vu-du-Ciel.JPG

Steve a amorcé le dernier virage, nous ne survolons pas Stone Town mais on arrive depuis le sud pour se poser directement sur l’aéroport. Il place son appareil face à la piste, relève l’avant pour laisser ses deux roues tacler le tarmac. Bravo pour ces deux atterrissages, tout en douceur.

Bienvenue à Zanzibar !

 

ZNZ-airport.JPG

 

Mon récit vous a donné envie devoyager en Tanzanie ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! Bon voyage...

 

Repost 0
Published by Liza - dans Zanzibar
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 22:12

Moshi, le 23 janvier 2010

 

Où voir le Kilimandjaro et ses dernières neiges ?

 

Le Kilimandjaro est plus qu’une montagne, c’est un mythe. Un nom qui sonne dans notre mémoire collective comme une promesse de neiges éternelles et d’Afrique, de récits d’explorateurs, de défi à relever pour les plus courageux prêt à le gravir. On en connait la silhouette ainsi que les fameuses photos des éléphants ou girafes posant devant la montagne enneigée. Mais on ne localise pas toujours où se trouve le plus haut sommet de l'Afrique et surtout comment le voir ou l'apercevoir.


Je ne suis pas là pour détruire les mythes mais malheureusement la neige fond drastiquement depuis ces dernières années et se fait rare. A ce rythme là, il n’y en a plus que pour de petites années avant quelle ne disparaisse totalement !


Beaucoup s’interrogent, en préparant leur voyage dans cette partie du monde, comment à et quel endroit observer le Kilimandjaro ? Je vais essayer de vous aider à y voir plus clair sur le sujet.

Le Kilimandjaro, d'une altitude de 5890 m, est situé en Tanzanie mais il est visible depuis le Kenya également. Sa silhouette massive et haute est magnifique et domine les steppes environnantes. Seul le Mount Meru, à quelques 60 km de là, peut attirer l'oeil mais il reste plus bas que le Kili d'environ 1420 m.


Bien, tout d’abord si vous allez au Kenya, vous pourrez avoir une belle vue du Kilimandjaro en allant au parc Amboseli. C’est depuis cet endroit que les photos des animaux posant devant la haute montagne ont été prises.Il faut savoir que durant des années le Kenya a exploité l’image du Kilimandjaro en faisant penser qu’il se trouvant sur son territoire alors que la montagne se trouve en Tanzanie voisine.

 

Je ne dis pas qu’il suffit d’aller dans ce parc pour réaliser les mêmes photos, loin de là mais qu’il est potentiellement visible depuis cet endroit. En effet, il faut savoir que la montagne est capricieuse et se cache très souvent sous les nuages ! C’est donc un challenge d’avoir un cliché des neiges éternelles. Si vous tenez absolument à tenter votre chance pour la photo, il faudrait programmer deux nuits à Amboseli pour essayer de le surprendre le matin très tôt ou en soirée.


Côté Tanzanie, vous aurez une très belle vue du Kilimandjaro du côté de Moshi si vous avez de la chance car là encore il faudra compter sur le beau temps clair pour l’observer. J’ai eu cette chance à plusieurs reprises mais c’était à la saison estivale en Tanzanie (c’est-à-dire entre octobre et mars). Voici la photo prise la semaine dernière (en janvier) depuis les environs de Moshi.

 

Kili-chemin.JPG

Lorsque vous arrivez à l’aéroport de Kilimandjaro, si vous restez à Kia lodge, vous pouvez aussi apercevoir le Kilimandjaro depuis leur piscine au petit matin.

Sinon sur la route menant à l’aéroport en partant demandez à votre guide qu’il vous dise si on voir la fameuse montagne afin que vous puissiez la photographier.

Sinon, une autre piste consiste à prendre un petit vol Nairobi-Aruha dans la journée et très souvent vous survolerez le haut du volcan (oui le Kilimandjaro est un volcan).

Dernier petit détail culturel on écrit le Kilimandjaro en français avec un « D » mais sans D en anglais.

L'ascension du Kimimandjaro est l'une des expériences les plus exaltantes qui soient pour les randonneurs. La montagne se laisse gravir grâce à plusieurs chemins de difficulté différente. Cela fera l'objet d'un autre article car il y a beaucoup à dire sur le sujet.

J'espère que ces indications vous permettront de voir le plus haut sommet d'Afrique, c'est toujours un moment de ravissement...

Mon récit vous a donné envie de voir le Kilimandjaro ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! Bon voyage...

 

Repost 0
Published by Liza - dans Tanzanie
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:34

Moshi, 22 janvier 2010

 

Si vous avez décidé de tenter l’aventure de l’ascension du Kilimandjaro alors vous serez certainement basé à Moshi, le village qui se trouve au pied du sommet de l’Afrique. Moshi ne se trouve pas sur la route des safaris, ce qui en fait une destination à part entière seulement prisée par les marcheurs. Située à environ 90 km d’Arusha en direction de la côte, Moshi est curieusement moins en altitude ce qui fait que l’on y trouve un climat souvent plus chaud. Bien que se trouvant au pied du Kili, Moshi se situe entre 950 m à 110 m selon les endroits alors qu’Arusha est proche de 1400 m d’altitude.


Les deux villes ne se ressemblent guère car la turbulante Arusha est devenue maintenant une petite ville bruyante, très animée, pleine de trépidations et de pollution alors que sa voisine reste un endroit à peu près calme. L’entrée de Moshi se distingue par un immense rond-point où se rejoignent les routes d’Arusha, de Tanga/Dar et de Mweka alors que la ville se trouve tout droit.


Rond-point-Moshi-Maji.JPG

Une statue de guerrier rappelle la guerre menée en Ouganda en 1978. Les Tanzaniens en effet ont du partir en guerre à cette époque contre Amin Dada qui avait envahi le Kagera, la région située près du lac Victoria, frontalière avec l’Ouganda. La guerre fut longue, près de deux ans mais Amin Dada fut obligé de reculer sur la frontière puis revint reprendre la rivière Kagera ce qui a conduit les tanzaniens à le repousser hors de son pays. C’est ainsi que Amin Dada a du se réfugier au Soudan.


Bref, on arrive ensuite à un second rond-point où se trouve une horloge.

Moshi rond point horloge

La ville est tranquille et le centre s’organise en quelques grandes avenues bordées de commerces. L'essentiel s'organise autour de Mawenzi road et Kibo road. Vous pouvez vous y balader sans problèmes et faire un tour au marché. Si vous débarquez d’Europe, vous pourrez passer un moment à découvrir la vie locale et trouverez un intérêt certain à observer de multiples scènes de la vie courante, les boutiques, le marché, les tailleurs au bord des rues etc

 

Moshi avenue

Si vous voyagez en Routard, vous trouverez plusieurs petits hôtels locaux entre 30 et 50 usd. Je suis allée à Kilimandjaro Crane hôtel qui accueille des hommes d'affaires locaux, tout à fait corect et simple. Dans la catégorie supérieure, on trouve le Key's hôtel récemment rénové totalement avec de nouvelles chambres, puis en supérieur, l'hôtel Ameg sur Lema road, plus accueillant avec piscine et un cadre relaxant.


Bon voici mes bons plans pour le côté gastronomique si vous n’avez pas de repas inclus à l’hôtel. Je pense que la bonne adresse pour le déjeuner est le Pub Alberto. Petite terrasse sur le devant très verdoyante et grande salle à l’arrière. On y mange une nourriture locale mais appétissante, fraîche et bonne pour seulement 3500 Tsh le plat (environ 3 usd). Pour le dîner, il semble que la meilleure adresse soit le restaurant Indoitalien qui se trouve un peu à l’écart de la route principale (vous demanderez une fois sur place).


Sur les hauteurs de Moshi se trouvent les quartiers résidentiels. De belles avenues bordées de jolies fleurs, végétation dense d’arbustes et belles villas sécurisées. Le soir on peut également sortir dans ce quartier où se trouve un ou deux restaurants.


Moshi-residentiel.JPG

J'ai visité les usines Shah qui proposent de l'artisanat local à base de bois ou de cuir. Le magasin est décevant, les articles vendus étant plutôt ringards.


Moshi est une petite ville tranquille qui sera votre étape avant une ascension mais également si vous décidez de partir visiter le nouveau parc tanzanien de Mkomazi (voir mon article sur ce blog) ou si vous allez marcher dans les montagnes de Usambara avant de rejoindre la côte et l’Océan Indien. Pour s'y rendre depuis Arusha, il suffit de prendre la navette (coût environ 10 000 Tsh). Beaucoup de bus en route pour Dar s'arrêtent également à Moshi. 

 

Mon récit vous a donné envie de séjourner à Moshi ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ou bien contactez moi pour des renseignements...


 

Repost 0
Published by Liza - dans Tanzanie
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:44
Welcome to Mbalageti tented lodge au Serengeti !

J'adore Mbalageti camp, c'est un splendide camp de luxe "luxury camp" habituellement classé en 5* charme, dont le charme est particulièrement opérant ! Il est situé dans une région du Serengeti moins fréquentée par les touristes, au sein de ce que l'on appelle le "corridor Ouest". En tous cas, un endroit très spécial et l'un des camps les plus beaux du Serengeti (mon préféré !)...

I love Mbalageti camp, amazing luxury camp 5* with lot of charm in the West corridor of Serengeti.
Mbalageti is located in a prime area for exceptional year round wildlife viewing and a multitude of game drive options. Due to its central location, Mbalageti can be used as a base to explore the West Serengeti, Central Serengeti or East Serengeti. With its pristine location, unparalleled service, and timeless luxury, Mbalageti is one of the most special properties in all of Tanzania.

L'aventure commence d'abord à l'arrivée au camp. Durant les périodes où la rivière est remplie, l'accès se fait par un pont suspendu. On gare donc le véhicule de l'autre côté de la rivière et des massaïs bien charpentés arrivent pour prendre les bagages. Ensuite, il faut traverser la rivière saisonnière sur le pont suspendu, ce qui est un moment amusant (sauf pour ceux qui ont un grand vertige) puis le véhicule du camp nous attend de l'autre côté et on embarque jusqu'à la réception.

Mbalageti pont
La réception donne déjà le ton du camp : la décoration y est très soignée, meubles en bois et nombreux objects ethniques et d'artisanat africain.

bat reception               Bâtiment de la réception, à l'arrivée au camp.

L'accueil est très sympa, on s'installe dans des fauteuils confortables pour siroter un jus très rafraichissant ce qui est toujours apprécié lorsqu'on vient de la savane.

mbalageti-RECEPT.JPG               Accueil confortable dès l'arrivée...

Une petite serviette rafraichissante permet aussi de se sentir plus propre ! Un assistant du directeur vient nous expliquer le fonctionnement du camp et sa géographie car il est assez étendu. On nous explique que l'on ne peut circuler seul la nuit aussi nous devons fixer l'horaire du diner afin qu'un massai vienne nous chercher à la tente afin de nous accompagner. Un petit bureau est mis gracieusement à la disposition des hôtes afin de consulter ses mails sur internet (mais je vous préviens, n'espérez pas surfer car il faut s'armer d'une vraie patience pour seulement arriver à ouvrir un mail et y répondre !).

Un luxe sophistiqué, un charme fou, un panorama splendide sur la savane !

Ensuite, nous marchons en compagnie des porteurs pour rejoindre l'un des chalets sous tente qui est construit sur pilotis, là où nous allons dormir. Mbalageti tented lodge est perché sur la crête de la colline Mwamnevi ce qui nous permet de profiter d'un panorama à 360 ° superbe avec la vue sur la vallée de la rivière Mbalageti et sur les plaines de Dutwa.

La chambre en "tented chalet" est simplement magnifique. L'accès se fait par un bel escalier solide en bois verni qui donne sur une belle terrasse.

terrasse tented chalet                      La terrasse d'un "tented chalet"

On ouvre ensuite le gros zip pour ouvrir la tente très spacieuse. Un parquet en bois lui donne un cachet très classe, un lit large très accueillant est recouvert de plusieurs oreillers gonflés et d'une velle literie, un petit salon avec canapé et fauteuils, petite table et un petit bureau colonial meublent fort parfaitement ce petit home douillet sous une grande toile de tente. Je n'ai pas pu faire de belles photos pour vous montrer car il était tard et il faisait sombre aussi vous aurez la surprise si vous avez la chance de vous y rendre.

La salle de bains est aussi très sympa avec une baignoire à l'ancienne sur pied, douche marrante avec les murs surmontés de pics en bois. Tout est bien arrangé et joliment décoré.


mbalageti-928
Les grandes fenêtres sont recouvertes de moustiquaires mais laissent passer le jour et l'ambiance de façon à ce que l'on se sente vivre au milieu de la Nature.

lever soleil tente               Vue depuis la tente au lever du soleil

Les installations sont magnifiques ! Nous allons au restaurant qui offre une vue spectaculaire sur la savane, quel panorama ! et quelle quiétude ! Il ne faut pas avoir peur de marcher car les différents bâtiments sont assez étendus. Un chemin mène au bar-restaurant-piscine-boutique.

accueil sam mbalageti
La terrasse extérieure est l'endroit le plus agréable du lodge ! Quel plaisir de prendre son petit-déjeuner dans une telle atmosphère avec une si belle vue.

pdj mbalageti

Mbalaget deck
Le tout est superbement décoré de pièces d'art africain qui, à elles seulent valent le déplacement ! Beaucoup de mosaïque également que l'on trouve sur les murs du bar et dans la salle principale, c'est ravissant. Le service est très attentif et le personnel accueillant. La grande terrasse extérieure est formidable mais je regrette que la piscine soit aussi centrale et manque d'une certaine intimité; Cest souvent le problème dans les lodges qui favorisent la piscine en tant qu'élément décoratif mais peu propice à la baignade devant tout le monde.

bar ext mbalageti
Un peu plus bas, en descendant l'escalier, on accède au spa, un endroit très zen où l'on rêve de se faire faire un soin ou un massage tant le lieu est propice à la tranquillité.


spa mbalageti                        Vue du Spa, très zen dont la vue panoramique est grandiose.


Privilégiez les "tented chalet" ou bien l'une des deux suites présidentielles !

Mbalageti dispose de 24 tented chalets et 14 chambres standard qui ont loin d'avoir le charme des chalets mais comme leur nom l'indique sont plus basiques. Elles sont assez éloignés des commodités mais sont tout de même confortables et agréables même si la superficie est un peu réduite. Cela peut permettre de profiter de ce site magnifique lorsque les chalets sont déjà tous pris.

ch standard
Une chambre standard, beaucoup plus basique et sans le charme des tented chalet mais agréable.

Bon c'est dit, je ne le recommande pas si vous avez le choix (budget et disponiblité).

Les deux suites présidentielles sont hallucinantes et pourraient recevoir sans rougir un homme d'Etat ou tout businessman exigeant ! Très grandes, elles s'articulent en V en deux parties : l'une possède une immense chambre à grand lit alors que la seconde offre deux lits ce qui est souvent le cas de figure des familles. Evidemment deux salles de bains très jolies avec dans l'une baignoire à l'ancienne et dans l'autre un petit bassin donnant à l'extérieur.

La pièce centrale très grande est ouverte totalement sur la savane avec un canapé en cuir face aux plaines du Serengeti, une très grande table à manger, un salon hyper moderne avec écran plat, télévision par satellite, internet, etc

Un majordome est attaché à la suite et vous prépare ce que vous voulez; Il est donc possible de faire un séjour ici en toute discrétion puisque les repas peuvent être servis dans la salle à manger privative.

Une position stratégique pour vivre la grande migration en direct !

Cet endroit du Serengeti est assez isolé et magnifique ce qui offre la possiblité d'un safari ambiance "hors pistes". La rivière forme un corridor naturel emprunté chaque année par des milliers de gnous et de zèbres durant la grande migration. Si vous avez la chance d'être là durant cette période, vous serez entourés par la vision d'une multitude de bêtes circulant sous vos yeux et leurs cris mélés vous surprendront sans aucun doute. Il est difficile de donner une date tant sont imprévus les déplacements des milliers d'herbivores d'une année à l'autre. De plus, l'ensemble de la colonne ne se déplace pas d'un seul mouvement, on trouve de gros groupes disséminés dans plusieurs zones du Serengeti; bref cela fera l'objet d'un nouvel article tellement il y a à dire.

Néanmmoins Mbalageti est le théâtre d'un spectacle unique lors de la migration que l'on appelle Migration du Nord (northward wildebeest migration) qui se situe à peu près de début mai à juillet. Durant cette période, les bêtes se déplacent tout au long de la rivière qui circule au sein des plaines jusqu'aux bois en formant un couloir naturel qui est suivi par les nombreux animaux chaque année. Typiquement, la migration passera juste autour du lodge vers le moins de juin. Bien sûr, tout cela est théorique et dépend des pluies car si la saison des pluies se prolonge la migration pourra se trouver là encore en juillet. En novembre, c'est aussi une bonne situation pour la migration car commence la migration Sud (southward migration) et de nombreux troupeaux s'accumulent ici avant de bouger
pour les grandes plaines du Serengeti.

Mbalageti est un endroit de toute façon très intéressant pour le safari tout au lond de l'année car sa situation n'est pas loin du centre du parc et proche d'habitat d'une faune abondante.Durant la saison sèche c'est un bon endroit pour explorer à la fois l'Ouest et le centre du Serengeti. Durant la saison humide, c'est aussi un bon choix à combiner éventuellement avec un autre camp ou lodge dans le Sud. Et puis, il y a seulement 1h30 de route pour rejoindre le Seronera, la partie centrale du Serengeti là où l'on peut observer un maximum d'animaux.

Bref vous l'aurez compris, Mbalageti lodge est l'une des propriétés magiques du Serengeti et je vous la recommande sans hésitation ! Il faut y restrer un minimum de deux jours mais je vous conseille trois nuits pour bien profiter ds lieux et de votre safari !

Mon récit vous a donné envie de séjourner à Mbalageti lodge au Serengeti ?

Tant mieux, j'en suis ravie ! Consulter ma rubrique " Partir en safari" afin de trouver les contacts utiles pour organiser votre safari ! Bon voyage...

Repost 0

Présentation

  • : En safari avec Liza
  • En safari avec Liza
  • : Liza parcourt régulièrement le monde et nous fait part de ses coups de coeur, notamment en Afrique de l'Est ! Partez en safari avec Liza !
  • Contact

Partez en safari avec Liza !

Jambo ! (bonjour)

"En safari avec Liza" est consacré aux safaris en Afrique !

J'ai eu l'idée de ce blog lors d'un de mes nombreux voyages en Tanzanie que je parcours depuis 2003 ; Comme j 'ai la chance de visiter régulièrement cette partie du monde, découvrant de nombreux endroits admirables, j'ai pensé partager un peu de cette expérience avec vous.

 

Liza-en-safari.JPG
Ici, vous trouverez mes mes coups de coeur,  des portraits, des coups de gueule, des rencontres, des conseils de voyages, des informations sur l'Afrique de l'Est, des visites commentées de lodges et camps, quelques textes, photos et vidéos (à venir) consacrés aux safaris.

En shahilli, la langue locale, safari signifie voyage ...et Karibu signifie : Bienvenue !

 

Bonne lecture ! Liza



 

Recherche

Guide de safari indépendant

Vous êtes un groupes d'amis, une famille qui aime voyager ensemble pour se créer des souvenirs inoubliables ? Vous recherchez une formule de safaris pas chère mais tout en ne sacrifiant pas à la qualité ?


Alors je vous conseille Moses, guide de safari avec plus de 25 ans d'expérience.

 

Moses vous conduira sur les pistes de Tanzanie tout en vous faisant vivre de grandes émotions ! Safaris dans les parcs du Nord : Manyara, Ngorongoro, Serengeti, Tarangire, parc national d'Arusha, de Mkomazi mais aussi découvertes hors des sentiers battus, rencontres avec les populations, randonnée de une demi-journée à plusieurs jours. Il organise pour vous le camping avec tout le matériel nécessaire, vous n'avez qu'à prendre vos sacs de couchage !

 

Contactez Moses : moses.tanzania@yahoo.com

recommandé par de nombreux voyageurs.


Réceptif 100% Tanzanie

Multichoice safaris Ltd. est basé à Arusha en Tanzanie depuis 1990. Petite structure dirigée par Hillary Mwanga, cette compagnie est une référence en matière de tourisme équitable. C'est la première compagnie à introduire sur le marché français des marches et rencontres avec les populations locales. Son point fort : une grande écoute et la qualité du service.

Ses guides de safari, très expérimentés et bons conducteurs font référence. Je le recommande donc chaudement.

Pour tout safari en lodges ou camps de toile luxe :

contact@multichoice-safaris.com

Villa à louer face Océan Indien

Après un safari ou pour un séjour balnéaire sur l'Océan Indien, la Villa Choba Bay vous accueille dans un cadre tropical magnifique sur un terrain de 2 hectares...face à l'Océan Indien. Petite plage privée, super relaxant. Découvrez la région de Pangani encore vierge du tourisme de masse et appréciez comment était Zanzibar il y a 40 ans !

Location en self-contained ou bien hébergement en demi-pension.

Contacts : chobabay@yahoo.com

Website : www.chobabay.com

Mine d'infos sur les animaux

Pour avoir des descriptions détaillées et photographies d'un grand nombres d'animaux de Tanzanie, superbe site internet, très complet d'un amoureux de l'Afrique.

http://www.safari-tanzanie.com/gallery/gallery.html

Stop à la copie d'articles !

Je soutiens le Mouvement des Voyageurs Blogueurs Pas Donateurs !

A ce titre, je refuse le pillage de mes articles.

Quelques sites qui ne vivent que du travail des autres, en prenant des articles qui ne leur coûte pas un sou au lieu de payer des pigistes pour du contenu. J'espère que nous serons nombreux à refuser ces pratiques.
  • http://www.paperblog.fr/voyages > agregateur très controversé.
  • http://www.globonautes.com > appartient à Go Voyages.
  • http://www.voyagemotion.com > appartient à Monagence.com.
  • http://www.monvoyageur.com > racheté par Prisma Presse.
  • http://www.trivago.com > société allemande.
Si je trouve mes textes sur ces sites, je demanderais donc des droits d'auteur.